[LBN People] Make A Wish France et Linkbynet, un partenariat de longue date.

Linkbynet et Make A Wish France ont toujours été liés par de nombreuses actions menées conjointement. L’association, qui réalise les vœux d’enfants de 3 à 17 ans atteints d’affections graves, a été hébergée dans les locaux de l’infogéreur pendant 5 ans, et est maintenant bénéficiaire du MicroDon via l’Arrondi sur salaire mis en place par Linkbynet il y a quelques années. Anne Fringant, chef de projet RSE, est interviewée par Make A Wish France et revient sur ce partenariat de longue date.

Make-A-Wish France : Qui est à l’origine du projet d’arrondi sur salaire ?
Anne Fringant : Le microdon via l’arrondi sur salaire existe depuis 2014 chez Linkbynet. L’initiative est partie d’un collaborateur qui a pris connaissance de microdon, il nous en a parlé et nous a proposé de le mettre en place. Cela a pris un peu de temps car à l’époque l’entreprise Microdon n’avait pas encore outillé le logiciel de paye de Linkbynet donc nous avons fait office de beta-testeur pour essayer cette nouvelle configuration sur notre logiciel, lancé début 2014.
Nous avons souhaité faire participer les collaborateurs, (…) nous avons organisé un vote (…). Make-A-Wish® France est naturellement ressortie car elle était présente dans les locaux à cette époque c’était une évidence.

Make-A-Wish France : Pouvez-vous nous parler du microdon en chiffres ?
Anne Fringant :
Le microdon via l’arrondi sur salaire n’est pas obligatoire. A ce jour, trois associations sont bénéficiaires, bientôt, une quatrième sera proposée, la fondation d’entreprise LINKTOGETHER, sous égide de la Fondation de France, créée par LINKBYNET l’an dernier.
30% des collaborateurs participent à ce dispositif actuellement accessible en France, le but est de l’étendre à l’international.
La moyenne reversée par association chaque année est en constante augmentation, en 2014 : 850€ avaient été reversés, puis 1200€ ont été reversés en 2015 et un peu plus de 1200 € furent reversés en 2016.

Make-A-Wish France : Pouvez-vous nous parler de l’impact de ce dispositif ?
Anne Fringant :
L’impact social prime avant tout. Pour les collaborateurs de Linkbynet, ce geste est simple, et « indolore ». A l’avenir, nous songeons à organiser des rencontres avec les porteurs de projets et nos salariés.

Laisser un commentaire